Le tribunal d'instance de Rennes n'a pas accordé le délai de deux mois demandé par l'avocate des squatteurs.